L'Inde continuera-t-elle d'acheter du pétrole iranien brut ?

ArticleEnergie18 septembre 2018 - 04:29:17

Après les premières sanctions imposées à l’Iran en juillet dernier, l’Inde continue d’acheter du pétrole brut iranien malgré la pression croissante des Etats-Unis.

L’Inde, troisième plus grand importateur de pétrole continue de s’approvisionner en Iran malgré les sanctions des US imposées à Téhéran. Elle se retrouve de plus en plus prise entre des alliances concurrentes. D’une part, les relations entre Washington et New Delhi se sont améliorées ces dernières années, principalement en raison du fait qu’ils perçoivent mutuellement une menace militaire et économique accrue de la part de la Chine. D’autre part, la relation entre l’Inde et l’Iran s’est également améliorée en grande partie pour des intérêts pétroliers communs. En effet, L’Iran a offert des ristournes généreuses à l’Inde sur ses importations de pétrole cette année. Et alors que la première phase des nouvelles sanctions américaines était imminente, l'Iran a encore assuré les cargaisons de pétrole vers l'Inde.

Cependant, l’Inde semble offrir un ton conciliant à Washington puisqu’une baisse de ses importations de pétrole iranien de 16% en juin a été constatée par rapport au mois de mai. En effet, des données récentes montrent que l'Inde a réduit ses achats de brut iranien en raison de la pression accrue des Etats-Unis. L’inde a importé 5320,000 barils par jour (b/j) de pétrole iranien en août, une chute de 32 % par rapport au mois précédent. Ce chiffre reste tout même supérieur à 56 % par rapport à l'an dernier. Les raffineurs indiens continuant ainsi de profiter des tarifs iraniens.

Malgré tout, Les raffineurs indiens ont augmenté leurs importations de pétrole en provenance d'Iran de 30 %, représentant ainsi une hausse-record à 768,999 barils par jour en juillet. De plus,les importations de pétrole brut indien en provenance de l'Iran ont représenté une hausse de 85 % par rapport aux 415,000 b/j expédiés en juillet 2017.

L'Inde exerce également sa propre pression sur les États-Unis puisque Washington dépend de plus en plus de New Delhi pour dissuader les Chinois d'hégémonie dans la région.

Source: OR&ARGENT

Dans la même catégorie