La Deutsche Bank a échoué au Stress Test de la FED

ArticleCrise bancaire5 juillet 2018 - 06:11:33

À la une :

- La Deutsche Bank a échoué au stress test de la FED ;

- L'Indonésie a prolongé le permis d'exploitation de Freeport McMoRan pour la grande mine d’or de Grasberg

- Le pétrole américain a atteint les 75$ le baril.

La Deutsche Bank a échoué au stress test de la FED

La filiale américaine de la première banque allemande est le seul établissement sur 35 dont le plan de capitalisation a été refusé par la Réserve fédérale, après avoir échoué à l'examen annuel du stress test. La Fed a également soulevé des préoccupations plus modérées concernant Goldman Sachs et JP Morgan.

Dans le cadre de ce stress test, la Réserve fédérale examine comment les banques résisteraient à une récession ou à des turbulences sur les marchés financiers. Les prêteurs sont également évalués en fonction de facteurs qualitatifs, notamment la gestion des risques, les contrôles internes et les pratiques gouvernementales.

En raison de cet échec, la filiale américaine de la Deutsche Bank ne pourra verser de dividendes à sa maison-mère sans l'approbation de la Fed.

Malgré ces préoccupations, les résultats du stress test de la Fed reflètent un système bancaire américain qui s'est considérablement renforcé depuis la crise financière de 2008. Trois banques américaines ont obtenu un feu vert, les deux géants de Wall Street Goldman Sachs et Morgan Stanley ainsi que State Street Corporation.

JP Morgan Chase (JPM) prévoit de racheter près de 21 milliards de dollars en actions, selon CNN

Dans un communiqué, la Deutsche Bank a déclaré que sa branche américaine a fait des « investissements importants » pour améliorer la planification des capitaux, les contrôles et l'infrastructure. La société a annoncé qu'elle rencontrera les organismes de réglementation, afin de trouver une solution.

L'Indonésie a prolongé le permis d'exploitation de Freeport McMoRan pour la grande mine d’or de Grasberg

L'Indonésie a prolongé le permis d'exploitation de Freeport McMoRan (NYSE:FCX) pour la mine de Grasberg, l’une des plus grande mine de cuivre et d’or au monde. En outre, les discussions sur l'octroi au gouvernement d'une participation majoritaire dans l'exploitation se finalisent.

Freeport s'efforce d'obtenir des droits d'exploitation à long terme à Grasberg depuis que l'Indonésie a introduit l'année dernière de nouvelles règles visant à donner à Jakarta un plus grand contrôle sur les ressources du pays.

Le pays et le mineur basé à Phoenix, en Arizona, avaient initialement convenu l'année dernière qu'une participation allant jusqu'à 51 % serait accordée à l’Indonésie, sur la base d'un nouveau permis d'exploitation minière remplaçant les contrats existants.

Mais les négociations relatives à l'obtention par Freeport de droits d'exploitation à long terme à Grasberg, ont été très mouvementées . L'impact environnemental de la mine dans la province indonésienne de Papouasie est également un sujet de discorde.

L'Agence d'audit du pays (BPK) a récemment révélé que les dommages écologiques liés aux opérations minières de Freeport en Papouasie avaient causé à l'État des pertes d'environ 13 milliards de dollars, selon MINING.

Une fois signé, l'accord final entre Freeport et l'Indonésie devrait mettre fin au mécontentement croissant de la population, à l'égard de la propriété étrangère du plus grand actif du pays. Cela pourrait également mettre un terme à des années de désaccords entre le mineur américain et le pays d'Asie du Sud-Est.

Grasberg est passée à une exploitation entièrement souterraine, qui devrait atteindre sa pleine capacité d'ici 2022, lorsqu'elle produira 160 000 tonnes de minerai par jour.

Le pétrole américain a atteint les 75$ le baril

West Texas Intermediate (WTI), l'indice de référence américain, a grimpé à 75 $ le baril pour la première fois depuis la crise pétrolière de 2014.

Cette hausse du pétrole américain est arrivée après que l'Iran ait menacé de perturber les exportations de pétrole en provenance du Moyen-Orient, si Washington continuait à imposer des sanctions au pays.

Le président iranien Hassan Rouhani a exprimé son mécontentement et a déclaré que l’Iran ne se laissera pas faire, menaçant de bloquer le détroit d'Ormuz, une importante voie de navigation pétrolière au Moyen-Orient, en représailles contre les sanctions américaines.

Selon Bloomberg, les stocks américains ont diminué de 5 millions de barils la semaine dernière.

Source: BUNKER OR&ARGENT

Dans la même catégorie