À la une : L’Or au Centre de l’Investissement

ArticleMonnaie25 juin 2018 - 07:04:09

Gouvernements et investisseurs se réfugient massivement dans l’or physique ; la Russie atteint son objectif : L'OPEP accepte d'augmenter la production de pétrole ; la Grèce bénéficie d’un accord "Historique" d'allégement de sa dette.

Gouvernements et Investisseurs se Réfugient Massivement dans l’Or Physique

« En plus des conflits géopolitiques actuels le monde est confronté à une guerre des devises et le seul véritable refuge contre le crash du dollar américain est l'or physique » , a déclaré un analyste de métaux précieux à RT.

Les pays européens ne sont pas les seuls à rapatrier leurs stocks d’or américain dans leurs propres coffres. La tendance semble se généraliser et les banques centrales du monde entier ne font pas exception à la règle, » déclare Claudio Grass, conseiller en métaux précieux.

« Le monde subit encore les retombés de 2008 et les problèmes majeurs de notre économie monde ne sont toujours pas résolus ; au contraire, les risques sont devenus plus importants qu'il y a dix ans », a déclaré M. Grass.

Plus de 65 % de la réserve monétaire du système bancaire mondial est en USD. Par conséquent, la détention d'or physique est certainement la meilleure couverture possible contre un crash de n'importe quelle devise papier.

La dette mondiale a grimpé à 230 trillions de dollars, alors que l'économie mondiale est restée figée dans un système basé sur la dette et l'effet de levier financier.

« Le dernier changement géopolitique majeur qui avait débuté avec la Première Guerre mondiale et s'est terminé avec la Seconde Guerre mondiale, a permis de hisser les États-Unis à une position dominante mondiale. En effet ils possédaient et stockaient 70 % des réserves mondiales d'or. C'est aussi la raison principale pour laquelle le dollar est devenu la monnaie de réserve mondiale. »

Au cours des 30 dernières années, nous avons assisté à un déplacement du pouvoir géopolitique de l'Ouest vers l'Est. Cependant les règles du jeu ne sont pas très différentes et une fois encore la détention d’or physique joue un rôle majeur voir décisif dans l’échiquier international.

La Russie atteint son Objectif : L'OPEP accepte d'Augmenter la Production de Pétrole

L'OPEP et des alliés non membres dirigés par la Russie ont convenu d'augmenter la production de pétrole d'un million de barils par jour. Une victoire pour l'Arabie saoudite et la Russie, qui avaient poussé à augmenter la production afin d’alléger les prix.

Le ministre saoudien de l'énergie Khalid Al-Falih a déclaré qu'un accord avait été conclu pour une augmentation de la production de pétrole à un million de barils par jour (b/j). En réalité, la production n'augmentera que de 700 000 b/j, car certains membres de l'OPEP ne sont pas en mesure d'augmenter leurs productions pour le moment.

Suite à la nouvelle le prix du pétrole a bondi se négociant à 74,69 $ le baril (+1,65 $), tandis que le West Texas Intermediate a gagné +2 $, se négociant à 67,53 $.

L'Iran, troisième producteur de l'OPEP s'est d'abord opposé à l'accord puis s’est résigné, car le pays fait face à des sanctions américaines paralysant ses exportations.

L'accord devrait contribuer à accroître l'offre sur le marché pétrolier sans créer une surabondance. « L'augmentation effective de la production peut facilement être absorbée par le marché<:strong> » , a déclaré Harry Tchilinguirian, responsable de la stratégie pétrolière de la banque française BNP Paribas, à Reuters.

La Grèce Bénéficie d’un accord "Historique" d'Allégement de sa Dette

Les pays de la zone euro ont convenu d'un accord d'allègement de la dette grecque. Athènes dispose de plus de temps pour rembourser les 96,9 milliards d'euros de dette et bénéficie d’un prolongement de sa période de grâce pendant laquelle le pays ne paiera peu ou pas d'intérêts.

Dans le cadre de cet accord, les gouvernements de la zone euro accordent également à la Grèce un dernier prêt de 15 milliards d'euros pour l'aider à payer ses factures.

En échange de son renflouement, la Grèce a dû mettre en œuvre une série de réformes économiques difficiles. Au lendemain de la crise, l'économie du pays s'est effondrée et le chômage a bondi.

L'économie grecque s'est par la suite stabilisée, mais elle est toujours confrontée au problème du paiement de sa dette, qui s'élève à environ 180% du PIB.

Le Fonds monétaire international (FMI), qui n'a pas participé au troisième plan de sauvetage, a encouragé l'allégement de la dette, mais s'est tout de même dit très préoccupé par la situation sur le long terme, ainsi que par la fragilité de l’économie grecque.

Source: BUNKER GOLD&SILVER

Dans la même catégorie